AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On prend les même et on recommence |Jean|

Aller en bas 
AuteurMessage
Logan Howlett
Xmen
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: On prend les même et on recommence |Jean|   Ven 4 Fév - 7:16

J'étais tranquillement dans ma chambre, ce soir s'était Colossus qui était de baby sitting pour les jeunes de l'institut. Mine de rien cela me faisait du bien d'être de retour à l'institut après ces semaines de solitudes sur les routes du Canada ou parfois je m'étais surpris à penser que s'était bien trop calme. J'avais beau dire mais les mioches, je m'y étais attaché et j'avais changé à leur contact. J'avais même pour ainsi dire regretter parfois les réveils en fanfarres de ces derniers causés par le vacarme infernal qu'ils produisaient. Ou bien le fait que je ne déjeune jamais seul car un mutant trouvait toujours le moyen de se taper l'inscruste avec moi, de même la nuit lors de mes insomnies fréquentes. Cependant bien au délà de ça il y avait eux du chagrin, le chagrin de la perte de deux êtres chers. Un mentor: Charles Xavier mais surtout elle: Jean Grey celle que j'avais du tuer de mes propres mains sous sa demande. Voilà ce qui avait fait que j'étais parti, je ne voulais pas que les autres empatissent de mon état et j'avais encore fouiné dans mon passé. D'ailleurs je n'avais toujours rien trouvé en tout cas mon retour avait été motivité par la même personne qui avait succité mon départ. Et apparemment j'avais bien fait de revenir car il semblait que j'étais l'un de seuls derniers appuis sur lequel la mutante pouvait compter. Bref me voici donc de retour et j'étais plutôt d'humeur tranquille, seul le son de la télévision HD venait troubler le sielnce de ma chambre. Et oui une télévision, disons que les jeunes s'étaient mit à plusieurs et avait envahis ma chambre dès mon retour pour la décorée et la meublée, trouvant qu'elle paraissait trop vide et pour une fois je n'avais pas à me plaindre. Même si par pur princpe j'avais grogné de me faire dégager aussi rapidement de la pièce pour me faire un effet de surprise. Ils avaient fait du très bon travail en se basant sur mes gouts sobres, je me sentais dans cette pièce comme chez moi, j'aimais y passer du temps. Oui s'était ça qui était curieux pour la première fois depuis des années j'avais une chez moi avec une "famille" J'avais à présent en plus du lit double place une télévision, une commode avec des vêtements, deux ou trois cadres photos avec les Xmens, une avec tous les gamins et d'autres encore. Et je vous passerais les autres détails.

Tranquillement accoudé je fumais mon cigare fenêtre ouverte bien que le temps lui était plutôt mauvais, la pluie était drue mais tombait droite on frappait alors à map orte pour la enième fois de la journée. Ma chambre était devenue un vrai moulin depuis mon retour. Je reconnus alors la silhouette qui y pénétrait, celle de ma protégée me demandant timidement si elle pouvait rentrer. D'un signe de tête je l'invitais à entrer alors qu'elle se déchaussait pour marcher pieds nus comme moi sur le moquette de la pièce. J'étais habillé d'un jean delavée et un tee shirt noir le tout ayant été achetés par les élèves. Marie s'avança et vint me serrer dans ses bras faisant tout de même attention à ne pas entrer en contact avec ma peau. Puis calmement elle me fit le recit de ce que j'avais manqué accoudée comme moi observant la pluie et l'écoutant, cela me détendait encore plus. Elle me fit alors part de ses inquiètudes pour Jean, je me souvenais que cette dernière m'avais dit que Malicia était encore une des rares personnes à ne pas la craindre et la fuir ça ne me surprenais guère. Cette gamine était plus intelligente que la moyenne et spéciale, dans le fond on se ressemblait un peu d'ailleurs. Soudain un portable sonna le sien, elle s'excusait et m'annonçais qu'on lui avait proposé de faire quelque chose. Je la rassurais en annonçant qu'elle pouvait partir et que j'étais assez grand pour me débrouiller seul en la décoiffant légèrement au passage. Au moment de quitter la pièce elle me lança "C'est bien de te revoir". J'écrasais mon cigare et referma ma fenêtre à présent le vent s'était levé et les gouttes martelaient les carreaux. Je m'allongea sur mon lit le dos contre le mur, peu à peu la nuit s'installait et je m'assoupis mais très vite je me réveillais secoué par toujours le même cauchemars. Il y avait le laboratoire de Stryker, Charles, Jean et le Phoenix et j'en passais. Je me leva alors prendre une bonne douche bienfaitrice et je changea mes draps de mon lit rangeant alors ma chambre prit d'un élan de zèle. J'avais toujours besoin de ouger après mes mauvais rêves, j'entendis alors toquer à la porte surpris et me rapellant alors que s'était normal où j'étais. Je me reconnectais alors à la réalité et reconnu alors le parfum caractéristique de Jean, je me dirigea vers la porte et ouvrit cette dernière:


Entre je t'en prie, que t'arrive il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Grey
Modo-Xmen
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 28
Localisation : A l'institut sans doute à l'infirmerie ou en salle des dangers...

Fiche de Personnage
Pouvoir:
Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Ven 4 Fév - 9:30

J'avais longuement hésité. Depuis ce matin l'idée que ce soit le bon moment ne cessait de me harceler l'esprit. Cela faisait plusieurs jours maintenant que j'étais revenu à la vie, à l'institut. Je le prenait purement et simplement pour une malédiction quand je me suis rendu compte que tout le monde me tournait le dos, me regardaient avec ces regards terrifiés, qu'on chuchotaient à mon sujet, qu'on longeaient les couloirs à mon approche ou tout simplement qu'on quittaient la pièce lorsque j'entrais.
Mais aujourd'hui je me rends compte qu'en faite une nouvelle chance m'aie offerte. Et je ne compte pas la gâcher.

Cela fait deux jours que Scott et moi avons eu notre dernière conversation. Si on peut appeler cela comme sa. C'était plutôt violent, la plus grande dispute que nous ayons jamais eu. C'était à celui qui serait le plus blessant mais cette fois-ci j'ai craqué. Scott semblait choqué et presque déçu que comme d'habitude je ne reste pas silencieuse à me laisser faire. J'aurais presque rit de son visage décomposé si je n'avais pas été aussi en colère et j'avais réussit à garder mon self-contrôle côté pouvoir, j'en retirait une petite fierté. Oh il sait vite repris et ses paroles blessantes ont fuser encore, encore et encore.
Après presque trois heures - ce qui dans ce cas semble être une éternité – à s'insulter et se rabaissé l'un l'autre, le résultat fut horrible. Il me haïssait pour être ce que je suis c'est-à-dire une ''monstruosité mutante''. Je le haïssait parce qu'on avaient passé des années à s'aimer et qu'en moins d'un ans, il avait oublié tout nos bon moment et n'arrivait pas à me pardonner une erreur... une seule erreur. Bien qu'il y en est deux au fond.

Je n'arrive toujours pas à croire qu'on as faillit en venir aux mains ce soir-là, voir au recours de nos pouvoirs respectifs. Qui sait ce qui aurait pût se passer ? Nous nous serions entre-tuer ? Je suis plus forte donc l'aurais-je tué ?... Nous nous étions pas rendu compte jusqu'où nous en étions arrivés, le timbre de voix que nous avons employés cette fin d'après midi là. Jusqu'à ce que Ororo intervienne. Après une ''petite conversation'' qui ressemblais plus à une dispute où j'était encore la responsable, Scott avait finit par partir en claquant la porte et Ororo est sortit juste derrière lui, non sans me foudroyé du regard...enfin façon de parler.

La colère, le chagrin, la peur, le doute... tout un tas de sentiments s'étaient battu en moi mais le plus fort avait été la peine et la fatigue. Je mettait alors trainé dans ma nouvelle chambre, priant ne croisé personne car si Ororo nous avait entendu de la cuisine - quelques étages plus bas – je doute que tous les résidents, professeurs comme élèves, avaient eut les oreilles bouchés et une part de moi à encore honte aujourd'hui.

Je n'avais vraiment pas besoin de sa. Merci Scott Summers de mettre un nouveau scandale à jour avec mon nom dans les gros titre !

Tout ne peux changer en deux jours mais franchement, je suis fatigué de me confondre en excuse devant les mêmes reproches depuis que je suis de retour. J'ai besoin qu'on m'aide aussi un peu, j'ai besoin de souffler et surtout j'ai besoin d'avancer. Un seul m'a fait ouvrir les yeux, reprendre le sourire et lui ne mâche toujours pas ses mots et est sincère ; Logan.

C'est pour lui, pour... nous que j'ai décidé que c'était le bon moment. Depuis que je le connais, sa à toujours été lui qui est venu à moi et moi qui faisait un pas en arrière.

Mais cela va changer. Ce soir je ferais le premier pas...

Je croise Malicia qui sort de sa chambre et je réussit à géré un petit sourire mais alors mes doutes et mes peurs reviennent au galop. Elle me dit que Logan est là et qu'il ne dort pas. Je répond d'un faible signe la tête et la regarde s'éloigner avant d'inspiré profondément et de frapper doucement à la porte de la chambre de Logan.

Celui-ci ne tarde pas à ouvrir se qui ne me laisse pas le temps de faire marche arrière et alors je mord ma lèvre inférieur aussi fort que la douleur me le permet. Il est habillé comme à son habitude contrairement à moi qui ressemble à une débile dans ma légère robe bleu nuit, mes cheveux détachés.
Il m'invite à entrer en me demandant se qu'il m'arrive et m'a tentative pour lui parler où faire un pas pour entrer échoua lamentablement. Je suis comme paralysé... la peur et le doute ne me quitte pas.

- Je...

Je me racle la gorge, j'ai l'impression d'être encore plus ridicule en essayant de parler. Bon une chose à la fois... je vais pas le faire dans le couloir quant même ! J'ai assez de potins sur mon dos comme sa. Alors je fait une chose à la fois et j'entre presque précipitamment dans la chambre avant d'inspiré profondément une nouvelle fois.

- Si parfois tu perds tes moyens en face de moi... tu devrais te réjouir parce que c'est réciproque. Avouais-je doucement presque timidement. Et encore plus ce soir. Ajoutais-je avant de le fixer dans les yeux. J'espère que je ne te dérange pas ? Parce que je peux repasser plus tard, si tu veux.

Autant dire que je faisait tout pour me soustraire mais comme on dit, c'est maintenant où jamais et avant qu'il ne me prenne pour une folle totale... si c'est pas déjà fait, je décidais de lui donner enfin la raison de ma visite.

- Tu avais dit que je pouvait passer quant je le voulais... j'ai pensé que c'était le bon moment enfin pour moi. Je voulais fêter quelque chose entre nous deux.

Je parlais doucement, cette même voix douce habituelle, quoi qu'un peu timide car je n'aie pas vraiment l'habitude de faire le premier pas. Il y a un début à tout... Je fait deux pas pour me rapprocher de lui. Verrouillant toujours mon regard dans le sien mais je m'arrête à une distance respectable.

- J'aimerais qu'on reprenne depuis le début... si tu le veux bien.

Je suis presque mal à l'aise d'avoir finit de parler parce que sa va être son tour. Si il n'est pas trop choqué ou autre par ce que je viens de lui dire.

- Écoute, si tu veux pas alors... très bien. Je comprendrais parfaitement...

J'ai tellement peur qu'il finisse lui aussi par me rejeter que je suis prête à lui laisser les bières et les biscuits pour me précipiter hors de sa chambre et retourner dans la mienne sans me retourner...

_________________


You are afraid to die... Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Howlett
Xmen
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Sam 5 Fév - 2:51

J'avais appris il y a un jour à peine, à vrai dire le lendemain de l'évènement que Scott et Jean s'étaient plutôt violemment disputés dans l'institut or tous étaient d'accord pour dire que jamais auparavant tous les deux ne s'étaient affrontés ainsi. Beaucoup avaient été surpris de voir Jean répliqué sans hésitation à Cyclope prouvant que des changements s'étaient opérés en elle. Le jour même je n'avais pas été là, la raison ? J'étais parti chercher un jeune mutant chez lui, le gamin avait comme moi des sens hyperdeveloppé et était desthabilisé par tout cela or le mieux à même de lui filer un coup de main était bien évidement moi. Je n'avais donc su qu'à mon retour ce qu'il s'était passé et s'était Ororo qui m'avais fait un topo de la situation sauf que cette dernière avait pris le parti de Scott sur le moment du moins. J'avais mis en effet mon grain de sel dans l'histoire, cependant j'avais laissé Tornade expliquer ce qu'il se passait sans piper mot jusqu'à ce qu'elle me demande franchement mon avis et là je pouvais vous assurez que la Xmen avait blemit face à la vérité. J'avais fait comprendre à cette dernière la définition du mot amitié et que si elle me considérait être ami comme elle l'était avec Jean actuellement elle pouvait m'oublier, de plus je lui avait alors expliquer que Charles lui avait accepter dans cet établissement Jean l'une de ses premières élèves en connaissance de cause et que si à présent Tornade fuyait Jean elle ne valait pas mieux que tous ces humains dehors qui scandait mort au mutant. Et que qui plus est, Ororo portait offence au nom et aux principes du fondateur de cette école, qu'elle disait aimer de tout son coeur. J'avais annoncer comprendre qu'elle soit diviser entre Scott et Jean, mais qu'il fallait comprendre Jean qui était aussi perdue voir plus que cyclope. Qui voyait tous les gens qu'elle connaissait depuis fort longtemps lui tourner le dos à cause d'un pouvoir qu'elle n'avait pas choisit et que seul certain comme Malicia, moi ou Kitty des gens arrivés depuis à peine 2 années avait plus de jugeote que les prétendu Xmen ce groupe soit disant si soudé. J'avais alors pris le cellulaire que tous Xmen possédait et j'avais mis ce dernier dans la main de la jeune femme aux cheveux blancs, lui annonçant de revenir me voir ou parler lorsqu'elle aurait ouvert les yeux. C'était cruel, cependant j'étais obligé de faire ceci pour Jean sinon cette dernière aussi forte soit elle ne pourrait tenir face à cette adversité, ces adversaires ayant été ses ami(e)s autrefois. Lorsque j'avais quitté la pièce, j'avais remarqué que Ororo était devenue blanche et respirait de façon hératique sous le point de pleurer. Mais j'avais poursuivis ma route, je n'en voulais pas aux jeunes de fuir miss Grey s'était aux Xmens que j'avais des choses à repprocher car s'était sur eux que tout l'institut prenait exemple or si j'arrivais à redresser la barre du côté du groupe instinctivement les autres suivraient.

Pendant les prochains jours j'étais sur d'avoir mes compagnons à dos, mais je ne doutais pas du fait qu'ils reviendraient tous, ou presque sauf Cyclope qui m'avais fait comprendre en me croisant dans le couloir qu'il me haissait encore plus, tant mieux car s'était aussi mon cas. Qui plus est je n'attendais plus rien de cet homme qui abandonnait aussi facilement Jean, la traitant de monstruosité mutante. En apparenant qu'il avait insulté cette dernière j'avais faillit l'encastrer cependant Colossus et Angel qui eut faisaient partit des neutres et parlaient à tous m'avait retenu. J'avais aussi longuement hésité à aller frapper à la porte de ma nouvelle protégée en quelque sorte, mais je m'étais retenu après tout elle avait surement besoin de réfléchir et s'était une fille intelligente. Or je lui avais déjà fait part du fait que si elle avait un problème ou avait besoin de quelque chose elle pouvait frapper à la porte de ma chambre de jour comme de nuit. De plus j'avais déjà agit dans l'ombre, je croisais juste les doigts pour que à présent Tornade ait la décence de reparler de nouveau à Jean sans l'incendier. Même quelques paroles banales suffiraient au moins à remonter un peu le moral de celle qui portait le phoenix en elle jadis.

Bref j'avais été naturellement ouvrir à la belle rousse, même si cette situation continuait de me surprendre. Par cette situation j'entendais le fait que elle et moi passions pas mal de temps ensemble et qu'elle se confiait à moi. Il fallait dire que j'avais été le seul capable d'affronter l'entité, le Phoenix et le seul que sa double personnalité avait acceptée car je me doutais bien qu'elle aurait put me pulvériser comme Charles à de nombreuses reprises. Mais jamais à aucuns moments, ma vie n'avait été mise en danger à cause du Phoenix. Alors peut-être était ce pour cela que je ne craignais pas Jean et aussi parce que je savais ce qu'étais être rejetés de ses pairs à cause d'une double personnalité. le côté Wolverine animal n'avait jamais été dévoilé en ces lieux mais si un jour cela arriverait je ne doutais pas que beaucoup fuiraient. Seule Malicia connaissait ce côté là. Mais j'étais attaché à Jean aussi d'où que je reste, dès le début en l'agressant dans l'infirmerie je n'avais osé la blessée ou la tuée lorsque mes griffes avaient surgies naturellement lorsque la jeune femme avait tenté de me piquer pour la première fois. Alors qu'à l'époque n'importe qui d'autre y serait passé sans aucuns doutes. Ajouté à cela aussi les principes de Charles qui étaient les miens à présent ou du moins quelques uns et tout cela expliquait pourquoi je faisais pour cela. Mais majoritairement je savais que mes actions étaient dus à l'amour que je lui portais car aujourd'hui je savais ce que je ressentais, j'avais osé l'avouer à voix haute juste avant de lui planter mes griffes dans le ventre sous sa supplication.

Je fus surpris de la voir habillée d'une telle manière. Pas que ça ne lui allait pas, mais qu'elle ose venir frapper à ma porte cheveux détachés et en nuisette bleu me surprenait. Aavais-je loupé un épisode ? Je me ressaisis et adressais un sourire chaleureux à cette dernière pour lui faire comprendre qu'elle pouvait sans hésitation parler et qu'elle ne me dérangeait jamais. J'eux le droit à un timide "Je", ceci aussi était inhabituel de voir Jean timide avec moi. A vrai dire habituellement s'était mùoi qui perdait tous mes moyens face à ce bout de femme avec une grande force de caractère. S'était l'une des seules capables de me remettre en place sans gène et elle continuait d'avancer malgré ce qui lui arrivait et pour ça elle m'impressionait aussi. Alors la voir ainsi ce soir était franchement pas habituel du tout. Soudain je vis mon invitée pénétrer dans ma chambre brusquement et naturellement je referme la porte voulant alors éviter que d'autres commérages s'ajoute à la longue liste qu'elle possédait déjà. Je me retourne vers elle, la laissant alors parler l'encourageant du regard. J'écoute alors attentivement:


- Si parfois tu perds tes moyens en face de moi... tu devrais te réjouir parce que c'est réciproque. Avouait-elle doucement presque timidement. Et encore plus ce soir. Ajoutait-elle avant de me fixer dans les yeux. J'espère que je ne te dérange pas ? Parce que je peux repasser plus tard, si tu veux.

Un sourire franc et amusé vint se dessiner sur mon visage, moi deshabilisé la fameuse Jean grey ? Je devais avouer que s'était touchant de la voir aussi timide face à moi et de faire ses joues se teinter d'un léger rougissement. Je haussais alors un sourcil à sa dernière question me déranger ? Jamais ! Mais je n'eux pas vraiment le temps de répondre à ses questions car enocre une fois elle me prit de court.

- Tu avais dit que je pouvait passer quant je le voulais... j'ai pensé que c'était le bon moment enfin pour moi. Je voulais fêter quelque chose entre nous deux.

Elle parlait avec cette habituelle voix douce, à dire vrai elle ne s'était jamais adressée à moi rellement autrement. Minute avais je bien entendu pour fêter quelque chose ? La Xmen m'intriguais, je réfléchissais quelques instant, son anniversaire était dans quelques jours, donc cela ne pouvait pas être cela. D'ailleurs j'avais déjà son cadeau, ce collier que je l'avais surpris à observer dans une vitrine. Je releva la tête le regard interrogateur la voyant faire deux pas pour se rapprocher de moi. Verrouillant toujours mon regard dans le mien mais s'arrêtant à une distance respectable.

- J'aimerais qu'on reprenne depuis le début... si tu le veux bien.

Reprendre depuis le début... Cela signfiait-il tout effacer ou se lancer dans une nouvelle relation ? Cela me laissait perplexe, elle trouvait toujours un moyen de me surprendre davantage alors que je pensais avoir tout encaisser, mais la surprise était agréable.

-Écoute, si tu veux pas alors... très bien. Je comprendrais parfaitement...

Je releva brusquement la tête et vint lui prendre des mains bouteilles et biscuits:

-Ho ho ho ! On se calme miss Grey.

Je posais alors les affaires sur mon lit double pour me retourner de nouveau vers elle et la fixer, son coeur battait à un rythme démentiel je le persevais avec une netteté impressionante, je lui répondit alors calmement:

-Tu ne me dérange jamais et ça sera avec plaisir si cela te fait plaisir que l'on recommence.

Je tendis alors ma main comme si s'était la première fois que l'on se rencontrait et serrait avec douceur la sienne:

-Enchanté je suis Logan alias Wolverine, ma porte vous est toujours ouverte, je vous en prie faite comme chez vous. Puis-je vous offrir une bière ? Quelques biscuits ?

J'essayais de dédramatiser un peu la situation car elle semblait tendue, je l'entrainais alors à s'assoir sur le lit avec moi et lui remis une de ses mèches folles derrière son oreille pour mieux voir ses yeux.

-Alors comment va tu depuis trois jours ?

Je quittais alors sa main pour prendre deux bières, j'en débouchais une à la main sans difficulté et la tendit à Jean attendant sa réponse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Grey
Modo-Xmen
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 28
Localisation : A l'institut sans doute à l'infirmerie ou en salle des dangers...

Fiche de Personnage
Pouvoir:
Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Sam 5 Fév - 5:38

    La tenue que je portait, c'était sans doute cela qui ne rendait des plus nerveuses, surtout devant Logan. Celui-ci me sourit, sa me rassure légèrement mais pas totalement.
    Il eut l'air de comprendre pourquoi j'était entrée précipitamment dans sa chambre. Enfin, peut-être pas comprit la raison de ma venu – pas encore – mais surtout par rapport à la liste des gros titres que je porte et le fait que je n'apprécierait pas en avoir un autre. Du moins c'est se que je pense car il ne pose aucune question sur cela... mais en même temps, je ne lui laisse pas vraiment le temps d'en placer une.
    Lorsqu'il se retourne pour me faire face, je retrouve l'usage de la parole, commençant par lui avouer m'a légère ''perte de moyen'' lorsque je suis seule face à lui. Comme désarmée. Je lui demande alors si je ne le dérange pas parce que je ne voudrais pas continuer si de son côté il a d'autre projet. Mais là il me sourit, un sourire qui me donne un peu plus d'assurance et je m'imagine être à sa place. Me voir, moi Jean Grey, faire face à Logan et être devenu timide et nerveuse à en enflammer mes joues. D'un côté je me dis qu'en fait cela n'est peut-être pas si nouveau.

    Avant même de lui laisser le temps, je lui retire la parole en lui rappelant qu'il m'avait invité à passer quant je le voulais et dans la fouler je lui donne la version courte de ma visite. J'ai l'impression d'avoir la voix chevrotante tellement je suis nerveuse... mais c'est juste une impression car ma voix est la même. Lorsque je m'adresse à lui du moins.
    Cet alors qu'il sembla réfléchir un instant, surement pour savoir si il n'avait pas oublier un événement en particulier et je m'approchais de quelques pas alors qu'il me regardais de nouveau. Je ne lisait pas ses pensées, la curiosité était ''vissé'' sur son visage et je lui donnais un autre ''détail'' sur cette fameuse chose que je souhaitais fêter même si cela restait encore un peu vague.

    Ne sachant toujours pas se qu'il pouvait être en train de penser car je laissait mes pouvoirs en dehors de cela, j'ajoutais précipitamment que s'il ne voulais pas, je comprendrais. J'étais prête à m'enfuir sans me retourner et il dû surement le sentir d'ailleurs. Il releva la tête rapidement, prenant se que j'avais dans les mains pour les poser sur son lit avant de se retourner vers moi et il me demanda de me calmer. Je ne pût m'empêcher de pouffer de rire comme si je m'étais retenu de respirer depuis que j'était devant lui.

    Citation :
    -Tu ne me dérange jamais et ça sera avec plaisir si cela te fait plaisir que l'on recommence.


    En une phrase, je suis heureuse par rapport à deux choses. La première, de savoir que je ne le dérange jamais. Je ne devrais pas être vraiment surprise par cela car il me le ''montre'' à chaque fois mais l'entendre est différent. La deuxième, il n'est pas contre le fait de prendre un nouveau départ et je peux m'empêcher de lui sourire.

    Citation :
    -Enchanté je suis Logan alias Wolverine, ma porte vous est toujours ouverte, je vous en prie faite comme chez vous. Puis-je vous offrir une bière ? Quelques biscuits ?


    Je glisse ma main dans la sienne en rigolant un peu. C'est étrange cette manière qu'il a de me mettre à l'aise. Je me sent un peu bête d'être aussi timide et nerveuse devant lui car se serait bien l'une des rares personnes devant laquelle je peux être moi-même.

    - Oui. Merci. Répondis-je doucement en me mordant une fois de plus la lèvre inférieur tout en souriant lorsqu'il écarte une mèche de cheveux pour la mettre derrière mon oreille.

    Je baisse un instant la tête, me demandant comment lui expliquer la manière dont j'aimerais refaire notre relation mais alors il me demande comment je vais depuis la dernière fois qu'on sait parlé et je fronce un instant des sourcils tout en prenant doucement la bière, avant de lui répondre.

    - Un peu plus de bas que de haut mais je crois que cette fois... c'est en bonne voie pour le changement.

    Je préfère évité de mentionner Scott, pour le moment. Logan doit avoir entendu ce qui sait passé et peut-être que je lui donnerais les détails si il m'en demande où plus tard dans la soirée... Je tente de me détendre mais je ne lui suis toujours pas entièrement et je prends une petite gorgée de bière. Étrangement, je n'arrive pas à relever les yeux sur son visage et je fixe la petite bouteille dans mes mains...

    - Logan... commençais-je. En parlant de ces derniers jours, j'ai beaucoup penser à ces dernières années. Depuis le jour de notre rencontre.

    Je m'arrête, cherchant les mots avant de les dires. Et si il ne veux plus que l'amitié entre nous ? Est la principale question que je me pose et qui ne cesse de me harceler l'esprit. Finalement, le sujet Scott Summers, mon ex-fiancé, est tout de même important.

    - Tu as dû entendre parler de se qui sait passé entre Scott et moi...

    Ce n'était pas une question, j'étais à près certaine qu'il était au courant comme les autres résidents. Seuls les détails devait lui manquer.

    - … C'était définitivement finit entre nous lorsque je suis revenue. La dispute qu'on as eu y'a deux jours étaient seulement un ajout de plus à ce qu'on savaient déjà. Les reproches et les insultes ont été misent sur la table même si beaucoup étaient déjà connus. Comme le fait que je suis un monstre parmi les mutants. Mes sourcils se haussèrent et mon timbre de voix fut celle de l'évidence incarné. Évidemment, Scott me l'avais tellement dit qu'à force j'était comme immunisé contre elle même si d'autre fois, cela pouvait encore me blesser. Mais parmi tout se qu'il a pût me dire,... continuais-je après quelques secondes... Scott avait raison sur une chose. En faite je n'aie pas cessé de me mentir à moi même. Tu te souviens lorsque je t'aie dit que Phœnix avait sut faire la part des choses sur ce que je ressentait... par rapport à toi et Scott ?

    J'ose un regard sur son visage... ses yeux. J'ai l'espoir qu'il se souvienne pour mieux comprendre se que je voulait dire par ''reprendre depuis le début''...

_________________


You are afraid to die... Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Howlett
Xmen
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Sam 5 Fév - 23:25

Bourru voilà la première impression que l'on avait en me envoyant, selon les élèves à première vue je forçais le respect et honnetement avant mon caractère se référait à mon physique. Cependant vivre ici m'avais peu à peu façonner, les élèves, les Xmen, même les confréristes à leur façon avaient mit leur grain de sel dans l'histoire. Les missions et même le quotidien d'ici avait fait de moi ce que j'étais aujourd'hui. Le vagabond n'était plus à vrai dire insconsciencement j'avais compris que fouiller dans mon passé aussi obscur à mes yeux était-il ne me ferait pas avancer loin de là. Si je m'obstinaits trop sur celui-ci je ne pourrais avancer et j'avais surtout compris ça grâce à Malicia. C'est vrai ici j'avais ma bande d'amis, les gamins étaient attachants, l'institut représentait une grande famille à lui tout seul alors que demander de plus qu'une maison et une famille ? Si peut-être l'amour mais ça s'était différent. On ne pouvait décemment par forcé une personne à nous aimer sous prétexte que pour nous s'était le cas. J'avais respecté le choix de la personne en question d'être avec une autre tant que cela la rendait heureuse. Cependant ces derniers temps je devais avouer avoir un peu imposé ma présence que faire d'autre dans pareille situation alors que son compagnon la rejetait. Bien entendu vous auriez vite deviné que je parlais bel et bien de Jean.

Bref en voyant Jean être si peu sur d'elle je pouvais être assuré que cette dernière n'utilisait en rien ses pouvoirs de télépathie, sinon à coup sur elle n'hésiterait pas autant. Qu'importe ce qui s'était passé avec le Phoenix mes sentiments ne diminuaient pas à son égard bien au contraire j'avais même effectuer une réelle prise de conscience lors de l'affrontement final comme le surnommait les élèves. C'était sur le point de perdre ou une fois que vous aviez perdu une personne que vous vous rendiez compte de l'importance qu'elle avait à vos yeux. Or j'avais beau être un mutant qui avait vécu on ne savait pas combien d'année comme tous je n'échappais pas à ces fameuses règles. Ce que j'avais pensé n'être que de l'attirance pour la professeur était en réalité bien plus, et s'était peu de le dire. En fait pas besoin qu'elle utilise ses pouvoirs puisque avec Jean mon visage était un vrai livre ouvert à lui tout seul, impossible d'aborder mon masque d'inexpressivité avec elle.

Elle pouffa alors de rire lorsque je lui dis qu'elle devait se calmer, cela me faisait plaisir de l'entendre s'était un son bien trop rare à mon gout depuis son retour. Cependant j'avais peu à peu l'impression qu'elle reprenait vie à mes côtés, vantardise ? Non loin de là, me trompais-je ? J'espérais que non. J'eux le droit alors à un autre de ses sourires, décidemment aujourd'hui s'était mon jour de chance. Elle glissa sa main dans la mienne en riant, j'aimais ce contact sa main dégageait une douce chaleur et me laissait encore cette sensation plusieurs minutes durant. Je la sens qu'elle peu pensive, est ce du à sa récente dispute avec ce crétin de Summers ? Et dire que dans le passé je l'avais sauvé, mais que je l'ingorais cela faisait parti des souvenirs lointains et évaporés. Je répondis à la suite de sa réponse sur son état:


"L'Homme ne se forge qu'à partir des moments difficiles et de ses erreurs, il donne à ceci le nom d'expérience. On a tous tendance à ne tirer des leçons que des moments bas et à changer en conséquence malheureusement."

-Logan... commença- elle. En parlant de ces derniers jours, j'ai beaucoup penser à ces dernières années. Depuis le jour de notre rencontre.

Je fus alors intrigué par ces paroles, elle aussi repensait à tout cela, cela me surprenait quelque peu, je pensais être le seul à ressasser tout cela. Elle s'arrête, cherchant les mots avant de les dires, j'attend qu'elle reprend suspendu à ses lèvres sentant que ce moment à une grande importance. Mon sixième sens se trompe peu pour ce genre de chose, je pose alors machinalement ma bouteille sur la table de nuit, fronçant un peu les sourcils.

-Tu as dû entendre parler de se qui sait passé entre Scott et moi...

S'était une question rhétorique, mais je hochais la tête pour signifier que oui sans pour autant la couper.

- … C'était définitivement finit entre nous lorsque je suis revenue. La dispute qu'on as eu y'a deux jours étaient seulement un ajout de plus à ce qu'on savaient déjà. Les reproches et les insultes ont été misent sur la table même si beaucoup étaient déjà connus. Comme le fait que je suis un monstre parmi les mutants. Ses sourcils se haussèrent et mon timbre de voix fut celle de l'évidence incarné. Évidemment, Scott me l'avais tellement dit qu'à force j'était comme immunisé contre elle même si d'autre fois, cela pouvait encore me blesser. Mais parmi tout se qu'il a pût me dire,... continuait-elle après quelques secondes... Scott avait raison sur une chose. En faite je n'aie pas cessé de me mentir à moi même. Tu te souviens lorsque je t'aie dit que Phœnix avait sut faire la part des choses sur ce que je ressentait... par rapport à toi et Scott ?

Comment un homme pouvait-il lui faire autant de mal par de tels mots hein ? Heureusement ma colère elle fut ressorber par le fait que je cherchais dans mon esprit ce qu'elle m'avait demander. Toutes les images défilèrent dans mon esprit et deux moments me revinrent ceci dans l'infirmerie ou le Phoenix m'avais embrassé et le moment précédant sa mort. D'autres petits gestes s'ajoutait comme lorsque le Phoenix avait croisé à plusieurs reprises mon regard et lorsqu'elle m'avait laissé la rejoindre alors que j'aurais put être pulvérisé, dans le fond je n'avais pas réellement été en danger auprès de l'entité. S'était douloureux mais nécessaire de me souvenir. Seulement j'ignorais que elle même se souvenait de tout.

"Je pensais que tu ne te souvenais que de ce qu'il s'était passé durant tes rares moments d'émergement..."

J'inspirais profondement et me perdis quelques instants dans mes pensées, cela incluait que Jean se souvenait de mes trois derniers mots à son égard "Je t'aime". Des mots loin d'être anodins surtout venant venant de moi. Je pris alors conscience de ses derniers mots à propos du Phoenix, minute faire la part des choses entre moi et l'autre...crétin ?! Cela signifiait-il que...Enfin par recommencer elle voulait...Etre avec moi ?! Cela me scotchait mais je secouais la tête pour revenir à la réalité, il fallait que je lui pose la question je ne souhaitais pas me tromper sur ça et me faire de fausses illusions.

"Je me souviens que jamais le Phoenix ne m'a mit en danger, qu'à mainte fois l'entité aurait put me pulvériser d'un claquement de doigt et pourtant je suis encore. Je me souviens aussi qu'elle m'a laissé approcher et l'atteindre, que j'ai été le seul même Charles a été rejetté par elle. Je me souviens aussi de l'infirmerie, qu'à chaque fois que je la croisais elle semblait se calmer et de l'affrontement final ou j'ai du..."

Je me tus quelques secondes car même si Jean était de nouveau vivante se souvenir de ceci était douloureux, je repris:

"Si je comprend bien et me leurre pas, tu m'annonces en quelque sorte que... Mon débarquement ici à tout fait chambouller entre toi et... L'autre pour etre poli et que tu avais fait en réalité ton choix depuis un bout de temps et qu'il se résume à moi ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Grey
Modo-Xmen
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 28
Localisation : A l'institut sans doute à l'infirmerie ou en salle des dangers...

Fiche de Personnage
Pouvoir:
Niveau du pouvoir:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Mar 25 Oct - 10:03

Citation :
"Je pensais que tu ne te souvenais que de ce qu'il s'était passé durant tes rares moments d'émergement..."

Mes sourcils se froncèrent légèrement alors que je le regardais, parce que pendant une fraction de seconde, je pense qu'il regrette. Il est vrai qu'à mon retour, j'avais rencontré quelques soucis avec ma mémoire. J'avais mes propres souvenirs, retenus à travers mes yeux et quelques part dans mon cerveau se trouvait ceux de Phœnix. J'avais eu beaucoup de mal à les retrouver et à les assembler pour qu'ils soit plus compréhensibles. S'était comme le reflet d'un miroir, où du moins c'est se que j'avais ressentis en premier lieu ; d'un coté il y a nous et ce que nous voyons de nous et de l'autre, un reflet... indépendant.
La compréhension de Phœnix en moi et moi en Phœnix est complexe et j'ai beaucoup de mal à le comprendre, aujourd'hui encore parfois je m'y perds. Alors pour l'expliquer, je n'emprunterais pas ce chemin car c'est un véritable casse tête...

- Disons que j'ai réussit à récupéré tous les souvenirs tapis au plus profond de moi. Déclarais-je simplement.

Citation :
"Je me souviens que jamais le Phoenix ne m'a mit en danger, qu'à mainte fois l'entité aurait put me pulvériser d'un claquement de doigt et pourtant je suis encore. Je me souviens aussi qu'elle m'a laissé approcher et l'atteindre, que j'ai été le seul même Charles a été rejetté par elle. Je me souviens aussi de l'infirmerie, qu'à chaque fois que je la croisais elle semblait se calmer et de l'affrontement final ou j'ai du..."

Je ne sais pas exactement pourquoi Phœnix ne l'a jamais touché, hormis le fait qu'il a énormément souffert physiquement... la vue de son costume des X-Men volant loin de son corps comme des cendres et le fait qu'il sait retrouver torse-nus en essayant de me rejoindre, flotte devant mes yeux un instant tout comme l'odeur de sa peau qui crame, rester accrocher à mes sinus. Oui il a ressentit les effets négatifs du pouvoir de Phœnix mais pas autant que Charles où les autres innocents présent qu'on ne reverras jamais...

Et justement en pensant à Charles, il n'ait pas véritablement innocent comme tout le monde semble le penser. Lorsque j'étais plus jeune, Xavier a brisé mon esprit mais à qui avait-il demandé la permission pour le faire ? Mes parents, qui savaient à peine ce qu'était un mutant ? Moi, qui était encore sous le choc de ce que j'avais vécue en découvrant mes pouvoirs ?... Je ne peux nier que je lui en veux encore pour toutes ces années de ''mensonges'' et de ''trahisons'' à mon égard lorsque nous avions nos séances à la maitrise de mes pouvoirs et cela, malgré ce que je lui est fait sous l'influence de Phœnix...
Si j'avais su cela et si j'avais gardé le contrôle de moi-même, Charles serait encore en vie et je lui aurait parlé de tout cela. Peut-être même aurais-je quitter l'Institut...

Enfouissant tout cela pour le moment, je revint à Logan, après tout, n'étais-je pas venu pour un nouveau départ avec lui ?
Lorsqu'il mentionne l'infirmerie, je baisse la tête, esquissant un sourire tout en sentant mes joues s'empourprées de plus belle. C'est tout sauf un mauvais souvenir même si j'aurais aimé que Phœnix ne pousse pas aussi loin aussi brusquement...

Il n'acheva pas sa phrase concernant le fait qu'il m'a éventrer et que ce fut notre dernier affrontement. Mais à présent, ceci est moins douloureux comme sujet, du moins pour moi. Durant le petit silence retombé, tendrement, je dépose ma main sur sa joue en cherchant à attiré son regard.

- Ne t'en fait plus pour ça. C'est à peine si j'en est gardé des cicatrices physiques et côté mental, je passe à autre chose. Tu devrais en faire de même, crois-moi.

Je lui sourit brièvement avant d'écouter attentivement lorsqu'il reprit la parole.

Citation :
"Si je comprend bien et me leurre pas, tu m'annonces en quelque sorte que... Mon débarquement ici à tout fait chambouller entre toi et... L'autre pour etre poli et que tu avais fait en réalité ton choix depuis un bout de temps et qu'il se résume à moi ?"

Dis comme sa et surtout venant de Logan, je me sentais départager entre plusieurs sentiments et tous aussi négatifs les uns que les autres. Son timbre de voix était presque peureux à l'idée de se tromper, du moins c'est ce que je ressentis. Pour ma part, ces mots me semblait beaucoup trop agressive. J'eus l'impression à cet instant que j'étais une p*urriture vis-à-vis de Scott et se que nous avions vécus... mais je devais avouer qu'en fait, il avait raison. C'était cru, mais véridique. J'avais choisit depuis un bout de temps mais j'avais peur. Peur que Logan me jette si je quittais Scott pour lui où peur que Scott me jette et que Logan me ''quitte''. Je ne voulais pas être seule et par dessus tout, je ne voulais pas leur faire de mal... mais les deux ont échoués lamentablement.
Je me suis retrouvé seule parce que Logan était partit de l'Institut à ma ''mort'' et que Scott n'a cesser de me tourné le dos et je leur est fait du mal à tous les deux. Je pense tout de même que le plus à en avoir souffert, reste Logan. Parce que Scott à changé son chagrin en une haine sans nom envers moi...

Réfléchissant un instant, mes yeux fixant sans le voir le plancher, je me demande '' Vais-je avoir le courage d'acquiescer ces paroles où devrais-je avoir le courage de le nier et de quitter sa chambre pour qu'enfin il fasse sa vie loin de la problématique Jean Grey ?''

Me passant une main dans les cheveux, ma vue fut un peu entraver par mes mèches mais cela était un peu comme une barrière de protection lorsque je relevais un peu la tête pour lui répondre ;

- Lorsque tu es arrivé, que je t'aie montré t'as chambre et qu'on sait retrouvé tous les deux, je me suis sentit comme attiré par toi. J'étais avec Scott, il est d'un naturel calme, posé et il analyse presque tout mais toi... Tu es l'archétype du mauvais garçon. Souris-je. Dans un premier temps, je pensais à une simple attirance physique et puis tu es partit à la recherche de ton passé et là, mais pensées n'ont pas cesser d'être à ton sujet. J'étais inquiète pour toi, je me demandais si je te reverrais un jour. Scott ne remarquais rien parce que pour lui ton départ étais une sorte de... de soulagement. Et puis tu es revenus, Scott étais de nouveau nerveux, jaloux et agressif. Moi je me sentais... quelque chose proche de libre mais un peu partagé.
D'un côté j'avais Scott, avec qui j'étais depuis plusieurs années et d'un autre côté, je me découvrais un amour pour toi, qui ne savait pas très bien qui il étais ni ce qu'il voulait.
Avouais-je en le regardant tout en triturant ma robe de nuit du bout des doigts, appréhendant sa réaction. Je me rappelle la manière dont tu m'as traités depuis que tu es à l'institut, notre premier baiser près de la parcelle du X-Jet, celui de l'infirmerie où c'est aller un peu plus loin même si s'était pas vraiment moi et... tes derniers mots.

Je reprends mon souffle et continue sur ma lancé. Il faut vraiment que je sache !

- La seule chose que je voudrais savoir c'est... est-ce que tu m'as avoué tes sentiments parce que tu savais que s'était la dernière fois que t'aurais l'occasion de me le dire et que je pourrais pas y répondre où... le penses-tu encore ? Demandais-je. Maintenant ? Ajoutais-je dans un souffle, me mordant la lèvre...

_________________


You are afraid to die... Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Howlett
Xmen
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   Ven 28 Oct - 2:50

Non je ne le regrettais, bien que j'avais peur que le faite de retrouver la mémoire ne l'affecte plus que cela n'aiderait Jean, en un sens c'était tout de même un bonne chose. J'étais on ne peut mieux placer pour vous dire que parfois les non dit pouvaient vous posez énormément de problèmes, j'en étais l'archétype, l'exemple vivant ! Et puis contrairement à d'autres personnes, je ne revenais jamais sur ce que je disais. J'assumais parfaitement les dernières paroles que j'avais eu à son égard. Mais il y avait une part de peur vis à vis du fait que Jean n'avait été que simple spectatrice des actions néfastes commises par le phénix dans un esprit de vengeresse, à part à de rares moments de lucidité. Ne pouvoir rien faire, se sentir impuissante, ça c'était à mon humble avis une véritable épreuve. Retrouvez ses souvenirs, en avoir la capacité, démontrait que cette femme avait une certaine force de caractère. La preuve en était qu'elle ne s'était pas résignée à quitter l'institut malgré la mauvaise ambiance qui y régnait. Je hochais la tête face à son explication peu étoffée quand au fait que la belle rousse avait retrouvé ces fameux souvenirs. Peut-être était-ce encore trop frais ou complexe pour la mutante puisse en parler aisément.

L'entité présente en elle n'avait pas été toujours d'une délicatesse exemplaire avec moi, je le concevais. Certaines nuits, je ressentais en cauchemar de nouveau la douleur de mes chairs calcinées et de ma peau se détachant de mon corps. Ceci n'avait pas été une partie de plaisir, j'avais du pousser mes dons et ma force à l'extrême pour ne pouvoir qu'un temps soit peu progresser dans le cyclone télékinésique créé autour d'elle. Quand à mon rétablissement, j'avais attendu quelques bons jours de repos et de nourriture pour pouvoir retrouver un temps soit peu mon énergie vitale. Mais vous saviez quoi ? Si c'était à refaire, je le ferais ! Si je devais traverser de nouveau cet enfer pour que Jean revienne parmi nous, j'y foncerais tête baissée. Même si ces images devaient me hanter pour l'éternité, il aurait été davantage regrettable d'assister à ce spectacle sans rien faire et ça n'était pas mon genre de toute manière de fuir ! Et puis sans vantardise, qui aurait put le faire à part moi ?! Qui avait un pouvoir pouvant défier celui du Phœnix ? Qui aurait-elle laisser la toucher ? Même si Scott avait été là, certainement pas lui !

Ne t'en fait plus pour ça. C'est à peine si j'en est gardé des cicatrices physiques et côté mental, je passe à autre chose. Tu devrais en faire de même, crois-moi.

Demander à un homme, même mutant, d'oublier qu'il avait poignarder l'être aimé et ce même par instinct de protection, c'était impossible. Je ne souhaitais pas en un sens oublier, je ne le pouvais pas ! J'allais tout simplement vivre avec ce souvenir et vivre avec les leçons que j'avais su en tirer dont une particulière. Je n'étais pas simplement attiré comme cela par la jeune femme qui venait de déposer sa main sur ma joue, c'était bien plus profond que cela. En un sens j'avais changé de mode de vie pour elle, si j'avais accepté de demeurer ici au début ça ne s'était pas que seulement limiter à l'accord avec Charles mais parce que j'avais été intrigué aussi par le docteur que j'avais faillis étouffée me réveillant pour la première fois au sous sol à l'infirmerie.

J'étais brusque dans ma manière de dire les choses, je le concevais. Certains m'avais annoncé que je me devais d'enrober les vérités avant de les dire, mais à quoi cela servait-il ?! A faire moins de mal ? A mes yeux une vérité douloureuse valait toujours mieux qu'un doux mensonge ! Les jeunes quand ils venaient me demander mon avis et conseil, n'était-ce pas pour entendre la stricte vérité et ainsi agir en conséquence ? Si nous même, nous le leur apprenions pas ces valeurs là de la vie, qui le ferait ? Pas leur famille qui pour la plupart les rejetaient. Alors en amour j'agissais aussi ainsi. A quoi bon crier blanc pour ensuite agir noir. A mes yeux la base solide d'une couple reposait sur la vérité et la confiance, or l'un n'allait pas sans l'autre. Et puis Jean semblait toujours un peu perdue de ce côté là, alors si cela pouvait l'aider à effectuer une quelconque prise de conscience, j'étais preneur...

Je l'observais avec douceur fixer le plancher suite à ma réponse un peu rude, la jeune femme semblait être plonger dans des pensées quelque peu complexes Même si la patience me faisait généralement défaut je laissais la professeur méditer tranquillement. Je me retins de dégager ses yeux respectant son choix de se dissimuler pour me répondre. Nous étions à un moment important dans notre relation, à quoi bon nier l'évidence.

- Lorsque tu es arrivé, que je t'aie montré t'as chambre et qu'on sait retrouvé tous les deux, je me suis sentit comme attiré par toi. J'étais avec Scott, il est d'un naturel calme, posé et il analyse presque tout mais toi... Tu es l'archétype du mauvais garçon. Dans un premier temps, je pensais à une simple attirance physique et puis tu es partit à la recherche de ton passé et là, mais pensées n'ont pas cesser d'être à ton sujet. J'étais inquiète pour toi, je me demandais si je te reverrais un jour. Scott ne remarquais rien parce que pour lui ton départ étais une sorte de... de soulagement. Et puis tu es revenus, Scott étais de nouveau nerveux, jaloux et agressif. Moi je me sentais... quelque chose proche de libre mais un peu partagé. D'un côté j'avais Scott, avec qui j'étais depuis plusieurs années et d'un autre côté, je me découvrais un amour pour toi, qui ne savait pas très bien qui il étais ni ce qu'il voulait. Je me rappelle la manière dont tu m'as traités depuis que tu es à l'institut, notre premier baiser près de la parcelle du X-Jet, celui de l'infirmerie où c'est aller un peu plus loin même si s'était pas vraiment moi et... tes derniers mots.

J'en avais presque oublié de respirer, je la lançais continuer bien trop abasourdi par ces révélations intimes pour l'interrompre.

La seule chose que je voudrais savoir c'est... est-ce que tu m'as avoué tes sentiments parce que tu savais que s'était la dernière fois que t'aurais l'occasion de me le dire et que je pourrais pas y répondre où... le penses-tu encore ? Maintenant ?

Je me retenais se me lever brusquement, non pas pour fuir mais faire les cent pas. Un toc qui m'arrivais lorsque j'apprenais des nouvelles assez bouleversantes. Si je résumais bien la X- woman m'avouais sans détour que depuis mon arrivée ici elle avait ressenti une attirance particulière, que Scott s'était senti en danger par ma faute, qu'elle avait apprécié nos baisers et ma déclaration. En somme Jean Grey éprouvait des sentiment pour moi Logan. Hallucinais-je ? Et pourtant ce n'était bien que de la bière que mon invitée avait amenée... Je décernais le médaille d'or de la nouvelle la plus surprenante à mon interlocutrice ! Heureusement que j'avais le cœur bien accroché. Je la fixais intensivement avant de prendre une profonde inspiration pour répondre à sa question. J'attrapais doucement sa main pour la poser sur mon torse à l'endroit on se situait mon cœur qui battait à un rythme effréné.

Je pensais en effet que c'était nos derniers instants, mais ça été une véritable prise de conscience Jean. Sent mon cœur comme là il bat vite à cause de toi et pour toi et dis toi qu'il conserve toujours ce rythme depuis mon arrivée ici et il continuera de le conserver demain et les jours qui suivront.

C'était en un sens métaphorique, c'était ma façon de lui prouver physiquement que la réponse et oui, je l'aimais encore maintenant cela ne se voyait-il pas dans ma façon d'être toujours présent auprès d'elle quitte à me mettre dans de nouvelles embrouilles ? Sérieusement je reposais ma bouteille puis me saisis avec douceur de celle de ma partenaire pour la poser aussi sur la table de chevet. Mes doigts un peu hésitants vinrent replacer les mèches qui faisaient barrière à son visage. Quelque chose en moi me disais qu'il n'y aurait pas meilleur moment pour effectuer ce que je m'apprêtais à faire. Face à elle je me penchais lentement pour lui laisser le temps de reculer si l'envie lui prenait, puis nos bouches s'effleurèrent et je vins y déposer un long baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On prend les même et on recommence |Jean|   

Revenir en haut Aller en bas
 
On prend les même et on recommence |Jean|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un écrivain quebecois s'en prend à Michaëlle Jean
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» Constitution; La Fusion de Victor Benoit prend le devant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transferring Generation :: Instistut Xavier :: Intérieur de l'institut :: Chambres des X mens :: Chambre de Wolverine-
Sauter vers: